Plus sur

la Dératisation et la Désinsectisation

LES RONGEURS

Les rongeurs peuvent provoquer des dégâts considérables lorsqu’ils s’installent et prolifèrent dans les bâtiments.
Non seulement, ils détériorent nos habitations ( fondements de maisons et immeubles, au niveau des sols,  murs,  portes, poutres...), nos locaux, notre patrimoine... mais ils véhiculent des maladies et des bactéries comme la leptospirose (une bactérie répandue dans leurs urines, fatale pour les chiens), la fièvre aphteuse (après une morsure) ,la toxoplasmose, la salmonellose… en  contaminant nos aliments et la nourriture des animaux domestiques et peuvent y introduire d'autres parasites comme les puces, les poux et les tiques.
Plus vous réagirez vite dès l'apparition de traces de ces rongeurs , plus vous réduirez le délai nécessaire pour vous débarrasser de cette infestation car ils se reproduisent rapidement et un problème de rongeurs, paraissant anodin peut devenir considérable s'il n'est pas bien géré.

 

Quels sont les signes de la présence de ces rongeurs ?
Les excréments, les empreintes de pattes, les dégâts sur les bois, les câbles électriques, les emballages alimentaires, les bruits de grattement, la découverte de nids (derrière les appareils ménagers).

LES INSECTES

Le Frelon Asiatique

Le frelon asiatique (Vespa velutina) ou « frelon à pattes jaunes » est un insecte invasif d’origine asiatique qui aurait était introduit avec des poteries importées de Chine par un horticulteur du Lot-et-Garonne en 2004.
Il est légèrement plus petit que le Frelon européen. Son thorax est brun foncé et son abdomen présente des segments bordés d’une fine bande jaune. Seul le 4e segment de l’abdomen est presque entièrement jaune orangé. La tête est noire, la face jaune orangé, les pattes jaunes à l'extrémité. Son aiguillon ou dard n’est pas plus long que celui du Frelon européen et il émet la même quantité de venin. Son vol étant plus rapide, il transperce les différentes couches de tissus plus facilement et peut donc être considéré comme plus dangereux.

Les cycles de la colonie
Au printemps, chaque reine fondatrice ébauche un nouveau nid composé de papier mâché ( fibre de cellulose), pond quelques œufs et soigne les premières larves qui deviendront environ 1 mois plus tard des ouvrières adultes capable de prendre en charge la construction du nid et l'entretien de la colonie.
Pour nourrir les larves, elles captures des mouches, guêpes et abeilles  (essentiellement les espèces domestiquées).
La taille du nid augmente et peut atteindre un mètre de haut et 80 cm de diamètre en automne. Il est le plus souvent situé dans des arbres à plusieurs mètres de hauteur, parfois au ras du sol, sous une charpente, dans un grenier ou dans des cheminées et peut abriter plus de 2 000 frelons, dont 150 fondatrices, susceptibles de nidifier l'année suivante.
Vers la fin de l'été la colonie est composée de mâles et de femelles sexuées. Les femelles sexuées, futures reines, hivernent dans un endroit abrité, souvent enterré, et sortent au printemps pour fonder de nouvelles colonies.

La Guêpe

Comme le frelon, la guêpe vit en colonie, fondée par une reine dont les nids sont habituellement cachés dans des cavités du sol, le creux des arbres, les tas de compost ou dans des espaces de mur ou de toit.
Peux tu trouver un Icône type « Dangers sanitaires » Les guêpes femelles sont dotées d'une aiguille à cachée près de l’extrémité de l'abdomen. Une piqûre peut provoquer une réaction d'hypersensibilité ou d'allergie chez certaines personnes. De plus, le venin contient une phéromone qui alerte toutes les guêpes aux environs et les invite à se joindre à l’attaque de la victime. Les nids de guêpes peuvent donc être un danger particulier pour l'homme.

Le moustique

La piqûre de moustique , bien que désagréable, n'est pas dangereuse en soi à l'exception de réactions chez les personnes hypersensibles. En revanche , le moustique st responsable de la transmission de plus de 200 virus dont le chikungunya, la fièvre jaune, la dengue, la fièvre du Nil et de nombreuses infections comme la malaria, le paludisme, etc...
Il peut également perturber considérablement les activités professionnelles, récréatives et sociales, à cause de ses piqûres persistantes.

La mouche

Parmi les différentes espèces de mouches que nous trouvons dans la nature, la plus commune et la plus dangereuse est la mouche domestique, qui se trouve principalement dans les zones d’élevage, les bâtiments de ferme et les habitations.
Elles sont une nuisance constante pour les animaux et causent une perte économique en terme de baisse de la production de viande, de lait et d’œufs.
Elles sont souvent liées à des épidémies de diarrhées et de dysenterie bacillaire mais sont également impliquées dans la transmission d'intoxication alimentaire et de pathologies diverses.

Les Blattes (cafards)

La blatte est un des plus anciens insectes vivant sur terre. Sa survie est due à son cycle de reproduction rapide et sa capacité d’accoutumance aux poisons et aux environnements. Elle envahit nos milieux de vie, de préparation et de consommation d'aliment, de repos.
Icône Dangers sanitaires  Les blattes sont d'importants vecteurs de germes pathogènes, pouvant causer des réactions allergiques chez l'enfant tel que l'asthme.

Le Ténébrion meunier ( ou vers de farine)

C'est un insecte de couleur brun-noir de l'ordre des coléoptères, pouvant vivre dans des denrées stockées très sèches comme la farine (d'où son nom de « meunier »).

Les éleveurs le connaissent bien puisqu'il aime se loger dans les bâtiments d'élevage industriels (notamment avicoles) aimant la chaleur et l’humidité.

Ses larves se développent en toute quiétude en creusant des galeries dans les parois isolantes des bâtiments. Outre les dégâts observés dans l'isolation des bâtiments, le mode de vie des ténébrions au contact des déjections et des cadavres les rend susceptibles de transmettre de nombreux agents pathogènes. Une lutte préventive et permanente est nécessaire.

La chenille processionnaire du pin

Elle est la larve d'un papillon très répandu dans notre région qui s'installe dans les pins et connue pour le mode de déplacement de ses chenilles en file indienne. Elles se nourrissent des aiguilles de  pins mais aussi de cèdres, ce qui provoque un affaiblissement important des arbres.
Les processionnaires du pin sont brunes  La chenille est d'une teinte brun foncé avec des taches orangées et sa tête est noire. Elle est très velue et couverte de poils urticants.
Leurs poils urticants extrêmement venimeux se détachent facilement en contact avec la peau et les muqueuses et déclenchent une réaction d’irritation violente et une réaction de type allergique encore plus dangereuse pour nos animaux domestiques.